Document Type

Article

Publication Date

2000

Abstract

Dès la fin du Directoire, pendant le Consulat, puis sous l'Empire, la maçonnerie française connait une période d'expansion. Les historiens s'accordent à dire qu'elle devient alors "le conservatoire des idées de 1789", "l'officine du libéralisme politique et social". Ainsi n'est-il pas surprenant de constater que plusieurs des amis, collègues et alliés de Constant sont franc-maçons.La franc-maçonnerie de 1789 est fortement anti-"ultra", ce qui explique pourquoi, dès 1820, des "ultras" s'adressent à la justice ou à la Chambre des Pairs pour obtenir l'interdiction de l'ordre. Cela étant, et vu que De la religion est un ouvrage anti-"ultra" écrit par un libéral de gauche, on pourrait s'attendre à y trouver un commentaire sur la Franc-maçonnerie.

Or, il semble bien qu'une discussion intéressante sur la franc-maçonnerie existe dans De la religion de Benjamin Constant, mais elle a été jusqu'à présent négligée. Cet ouvrage n'est en effet pas uniquement une critique de la politique "ultra" du gouvernement : Constant ne vise pas seulement le courant de pensée représenté par les Maistre, Lamennais ou Bonald. Résumer De la religion comme "one of the last major expressions of modern anticlericalism" serait donc quelque peu trompeur. L'argument de Constant est bien plus subtil et intéréssant que cela, parce que De la religion semble aussi contenir une critique de certaines prémisses maçonniques et, par conséquent, d'un courant de pensée important parmi les libéraux de son époque.

 
 

To view the content in your browser, please download Adobe Reader or, alternately,
you may Download the file to your hard drive.

NOTE: The latest versions of Adobe Reader do not support viewing PDF files within Firefox on Mac OS and if you are using a modern (Intel) Mac, there is no official plugin for viewing PDF files within the browser window.